Carte heuristique : organiser ses idées pour être plus efficient

7819

Réunions, discours, comptes rendus : vous avez une carte à jouer !

Préparer avec aisance et pertinence vos prises de parole en public, l’ordre du jour d’une réunion stratégique, et même la rédaction d’un compte rendu : qui n’a rêvé de disposer d’outils simples et puissants pour gérer avec brio des tâches trop souvent incertaines et laborieuses.
Or, la solution est simple : il suffit de savoir que notre cerveau… fait des bulles.

Et, plus sérieusement, que la « spatialisation » de nos idées, méthode d’apprentissage utilisée depuis bien longtemps chez nos voisins scandinaves, permet, avec une grande fluidité et en toute liberté, d’explorer des enchaînements d’idée fertiles, pertinents, voire inattendus.
Si les idées surgissent, s’expriment et se partagent avec fluidité, c’est notamment parce que cette approche épouse au plus près le fonctionnement non séquentiel de notre pensée.
Fini donc, le stérile remue-méninge du « par où commencer » : vous disposez d’un outil simple pour générer, en amont, des idées puissantes et pertinentes, en aval, pour les mémoriser et les restituer avec confort et spontanéité.
Car pendant votre discours, vos idées restent visuellement appréhendables d’un seul coup d’œil et mobilisables à l’envie. De quoi booster votre mémoire, votre aisance et votre confiance en vous.
Reste à savoir comment concevoir votre meilleure carte, celle qui blindera votre jeu… et à quel moment l’abattre.
Pour cela, rendez-vous avec notre expert Christian Thébault, qui vous livrera sans compter tous ses trucs, ses astuces, et bien plus encore, dans le domaine des sciences cognitives.
Comprendre avant d’apprendre, voilà le menu.

Découvrez notre nouveau module « Organiser ses idées pour être plus efficient »

Trophée Roses des sables 2015 : Les Sourires apprennent vite

Sourires

Avec humour, avec passion et avec leurs T-shirts Combo & cetera, les Sourires du désert se préparent en ce moment-même à affronter les dunes.
Au programme de journées de formation particulièrement denses :

Des apprentissages qu’elles absorbent avec une grande efficacité.
Pour une fois, la formation n’a pas été conçue par Combo & cetera, mais soyez-en sûrs, le désert et les dunes n‘ont qu’à bien se tenir…

Coaching linguistique

La déferlante de l’écrit laisse les cadres à découvert

coaching linguistique

L’écrit devait disparaître, pronostiquait-on à la va-vite dans les années 80.
Surprise : avec le tsunami numérique et sa cohorte de mails, messageries instantanées, Word, et autres PPT, il est revenu en masse.
D’où les problèmes en cascade : rédigés toujours plus dans l’urgence sur des écrans souvent trop petits pour nos gros doigts gourds, sans le filet de sécurité d’assistantes définitivement remplacées par du high-tech.
Chaque clic nous expose à un lourd risque d’image.
Les cadres, en première ligne, se retrouvent à découvert sur le champ de bataille de l’écrit, sous le feu nourri du jugement – sévère mais souvent… injuste – de leurs clients et de leurs équipes.
Psychologiquement, système scolaire oblige, ils vivent leur faiblesse linguistique comme une honte à cacher. Objectivement, elle peut devenir un obstacle à leur management et à la relation avec leurs clients.
Sur un marché du travail tendu, l’orthographe est redevenue fortement segmentante.
Un contexte qui explique le grand retour de celle-ci dans les programmes de formation.

Découvrez notre nouveau module de coaching linguistique

Formations interentreprises

Combo & cetera diffuse ses compétences sur tout le territoire

logo.inter

Vous pouvez maintenant vous former à nos expertises de référence :

  • communication interpersonnelle,
  • prise de parole en public,
  • management,
  • négociation,
  • entretiens annuels,
  • formation de formateurs
  • et gestion de projet.

Nous vous accueillons sur tout le territoire : Bordeaux, Toulouse, Lyon, Rennes, Lille, sans oublier… Paris.
Retrouvez tous nos programmes et notre calendrier interentreprises 2015

Le changement, ça a bien changé ! (2)

Y-a-t-il encore du changement quand ça change tout le temps ?

hand-2

Je ne sais pas vous, mais moi, j’ai le sentiment que depuis un certain temps les gens sont presque embarrassés en parlant de « changement »… A force de travailler dessus avec mes clients et partenaires, je risquerai une hypothèse audacieuse : le changement, ça n’existe plus.
D’abord parce que l’organisation agile a intégré le changement au quotidien. Environnement instable, ruptures et remises en cause permanentes : le « changement », c’est devenu un état… permanent.

Alors peut-on encore dire que « ça change » ?

Moi, dans ce cas, je vous propose de parler plutôt « d’évolution permanente », ou plus simplement de « pilotage agile en continu » des entreprises. Si on veut s’amuser, on peut même risquer l’oxymore « changement continu ».

Bon, et maintenant me direz-vous, si on revient au concret : que faut-il faire ?

C’est simple : puisque la seule chose prévisible, c’est qu’il y aura de l‘imprévisible, que ce qui ne changera plus, c’est qu’il y aura du changement, qu’on ne sait pas encore ce qui va se passer, mais qu’on sait que ça va se passer, tout se joue désormais avant.
Il nous faut donc en amont avoir des équipes à l’écoute permanente des signaux faibles annonciateurs des petits coups de vents et grandes tempêtes, des équipes déjà en ordre de marche pour réagir avec une grande vitesse d’exécution.
Bref : apprendre ensemble à « avaler » les vagues avant qu’elles n’enflent pour former devant nous un mur infranchissable.

Ce que j’en retiens, c’est que désormais, ce n’est plus la « résistance » qui doit retenir notre attention ; c’est la détection des pulsations du marché, l’écoute permanente de l’interne, et la maîtrise de l’exécution.
Que ce n’est plus la peine de s’attarder sur le fait que « ça change » ; mais que dans notre société ubérisée, les vagues enflent vite et brutalement.
Que pour relever ces défis, nous avons besoin pour une part de dispositifs techniques, certes, mais aussi toujours, encore et sans doute plus que jamais, de collaborateurs d’une grande agilité relationnelle, efficaces parce qu’ils savent à la fois écouter avec finesse et respect, et prendre position avec courage et fermeté.
Ce qui nous ramène, une fois de plus, à des fondamentaux qui eux, ne changent pas.

Fin.

Trophée Roses des sables 2015

Combo & cetera s’engage aux côtés des Sourires du désert

1553232_703110313063722_963707425_o
Elles s’appellent Leslie et Solène. Enthousiasme, esprit d’entreprise, humanité : du 7 au 18 octobre 2015, elles embarquent toutes leurs valeurs pour swinguer avec les dunes et les oueds des pistes marocaines. Sponsor de l’équipe, Combo & cetera soutient leur inaltérable énergie et leur inextinguible bonne humeur.

La conquête de l’oued… sans perdre la boussole

Pour comprendre le Trophée des Roses, imaginez-vous au cœur du désert. Devant vous, 3 pistes tremblent sous la chaleur et déroulent des dunes et des oueds ramollis par un soleil de plomb… Votre mission ? Trouver le trajet le plus court, le plus juste pour rejoindre le point d’arrivée, que vous découvrez le matin même dans un road-book dont les indications sont encore à déchiffrer. Muni d’une seule boussole, allez-vous choisir de traverser cette rivière, de gravir cette dune, ou de les contourner ?

Bref : vous vous lancez dans une véritable épreuve d’orientation à l’ancienne, tout en finesse et en stratégie.

L’humain et l’environnement au cœur du désert

Pas de GPS, et aucune notion de vitesse non plus dans ce périple à l’ancienne : la vitesse est même limitée, pour réduire la consommation, mieux respecter les populations et l’environnement. Un camion exclusivement dédié à la collecte des déchets distribue et récupère à chaque bivouac des sacs oxobiodégradables. Les road-book sont imprimés sur papier recyclé. Enfin, les Roses acheminent plusieurs tonnes de dons à destination des enfants défavorisés du grand sud marocain.

Vous aussi, prenez le désert avec Combo & cetera !

Suivez la préparation et le périple à la boussole de Leslie et Solène sur notre blog et sur notre page Facebook.

Stéphane Mercier : « Leslie et Solène nous ont donné envie de reprendre du désert »

Pourquoi sponsoriser les Sourires du désert ?

« Parce que Combo & cetera grandit, que l’environnement change, mais que notre métier de formateur repose toujours et encore sur les mêmes boussoles : la relation, l’humain, la conviction, la sincérité et les valeurs.
Et la relation, depuis toujours, je constate qu’elle est à la fois plus agréable et plus efficace quand elle est simple, directe et sincère.
Avec l’équipe de Combo & cetera, nous nous sommes donc naturellement retrouvés dans ce projet, et encore plus dans celles qui le portent.
Leslie et Solène, c’est du concret et pas d’esbroufe, une énergie incroyable, une simplicité jamais simpliste, le plein de sérieux, mais sans se prendre au sérieux.
Et la dimension humaine et environnementale du rallye a achevé de nous embarquer. »

Le changement… ça a bien changé !

Le changement… ça a bien changé

En pleine réflexion sur un projet de changement avec un client, nous avons réalisé à quel point le changement lui-même avait bien changé.

Il y a une bonne décennie encore, le changement avait pour but légitime de rendre plus compétitives nos bonnes vieilles bureaucraties à la française, efficaces mais manquant singulièrement de l’agilité permettant de répondre aux mouvements rapides, brusques et incessants du monde actuel.

A cette époque, celui qui résistait, c’était un peu le simple d’esprit, frileux, archaïque, cramponné aux vestiges dérisoires de son petit monde étroit. Et Michel Crozier, notre pape national de la sociologie des organisations, avait beau répéter que nous sommes en fait tous prêts à changer rapidement si nous y trouvons notre compte, voire que les gens ont de bonnes raisons de ne pas vouloir changer, on culpabilisait à bon compte tous les « résistants ». Pour mieux appuyer le message, on insistait à grand renfort de références culturelles, en premier lieu en citant à qui mieux mieux ce bon vieil Héraclite, un grec qui ne se baignait jamais deux fois dans le même fleuve : « rien n’est permanent, sauf le changement ».

Et aujourd’hui, alors ? Eh bien, les choses ont bien changé. La plupart de nos organisations ont ou sont en train d’achever leur mue vers la débureaucratisation. Et le présent donne bien raison à Héraclite : maintenant, tout change tout le temps. Les crises s’enchaînent, le numérique se déchaîne, le changement – d’organisation, d’outil, de périmètre…–, est devenu la nature même de nos organisations. Pour le meilleur et pour le pire, car ce mouvement brownien fait parfois perdre un peu la boussole au management et aux collaborateurs. Ce qui nous changerait, finalement, ce ne serait pas un peu de stabilité ?

(à suivre …)