vineet nayar

Les employés d’abord, les clients ensuite par Vineet Nayar

Arrêtez-tout !

Vous pensiez tout connaître du management ? Vineet Nayar vous prouve le contraire avec Les employés d’abord, les clients ensuite : comment renverser les règles du management et c’est en Inde que ça se passe.
L’ex-PDG du géant HLC Technologies ébranle les conceptions « obsolètes » de la hiérarchie en entreprise, et que propose-t-il ? Du changement, du changement, encore du changement ! Suffit les managers patibulaires, il est désormais tant de répartir les tâches et de faire confiance à ses employés. Lire la suite

Management : quand le Jazz est là.

Embed from Getty ImagesLe management, c’est comme le jazz. C’est Emmanuel Hervé de chez Orange qui fait ce parallèle dans un très joli billet sur le blog d’Orange Business. Chez Combo, l’équipe est complètement dans le tempo de cette proposition, il faut dire que le jazz est dans notre ADN et notre slogan le prouve : « Dans nos métiers comme dans le jazz, un Combo est une petite formation où l’on prend plaisir à travailler ensemble ».

Donc, la comparaison entre jazz et management nous convient très bien :

  • Les musiciens sont comme les membres d’une équipe qui gère un projet (le morceau de jazz).
  • Dans le morceau de jazz (le projet), le socle est posé, mais tout n’est pas écrit, le morceau laisse une place très importante à l’improvisation.
  • Le public (le client) réagit bien ou mal, mais instantanément.

En jazz, chaque musicien va, tour à tour, soit accompagner, soit exécuter des improvisations. Et il faut du courage pour s’exposer ainsi.

La comparaison devient particulièrement pertinente lorsqu’on prête une oreille attentive aux compétences et au comportements nécessaires à la réussite du projet (morceau de jazz).

  • Il faut avant tout maîtriser ses instruments (technique).
  • Il faut ensuite montrer du courage pour se lancer dans un solo improvisé.
  • Il faut aussi de l’abnégation pour les musiciens (collaborateurs) qui vont accompagner en restant dans l’ombre, celui qui exécute son solo.

Enfin, là où nous sommes en totale harmonie avec Emmanuel Herve (on devrait se faire un boeuf…) c’est quand il évoque la communication non verbale.

  • Les musiciens jouent, ils ne peuvent pas se parler. « Un regard, un geste, une phrase musicale » suffit pour que l’équipe fonctionne.
  • Le SECRET, nous dit Emmanuel Herve, c’est l’attitude, le fait de rester en éveil aux autres, de leur porter de l’attention.

Communiquer sans parler, communiquer sans violence, c’est aussi le propos de ce très beau document qui met lui aussi en parallèle le management et la musique, dans un registre un peu différent puisqu’il s’agit de musique classique, mais où l’on retrouve l’esprit de cette communication douce et puissante qui fait la réussite des projets.

Regardez jusqu’à la fin, la démonstration est brillante. (Vous pouvez sélectionner des sous-titres en français dans la vidéo).

Le grand malentendu de la reconnaissance au travail

Embed from Getty Images

Un article bien inspiré de manager-go.com évoque le douloureux sujet de la reconnaissance au travail. Voici ce que nous en avons retenu.

  • Le besoin de reconnaissance au travail n’est pas une vue de l’esprit. Ce besoin peut être un moteur puissant comme un frein rédhibitoire à la performance si il est frustré. Pour près de 2 salariés sur 3 la reconnaissance au travail est une priorité avant même le niveau de salaire.
  • « Donne moi un signe que tu as vu le travail que j’ai réalisé et que je suis un collaborateur qui compte » pourrait être le titre de ce billet de blog. Les salariés, contrairement à ce que croient beaucoup de managers, ont avant tout besoin d’être considérés, de recevoir régulièrement des marques de confiance, du feed-back.
  • Les managers sont trop souvent à côté de la plaque. Un des principaux problèmes : leur manque d’empathie. Ils ne parviennent pas à se mettre à la place de leurs collaborateurs et ne perçoivent pas la nécessité d’apporter un feed-back régulier. Et si ce n’était que cela ! Beaucoup de managers seraient pétris de croyances erronées. Non les lauriers n’endorment pas, nous dit l’auteure du billet. Non, dire merci ce n’est pas perdre la face. Non, ajoute-t-elle, dire merci n’est pas s’exposer à une demande d’augmentation.

« Donne moi un signe que tu as vu le travail que j’ai réalisé et que je suis un collaborateur qui compte »

Le point de vue de Combo

Clairement, la reconnaissance est une véritable demande que nous avons toujours observée. Depuis des années, lors des formations, les participants s’expriment librement et nous disent toutes leurs frustrations. Il n’est quasiment jamais question d’argent mais bel et bien de reconnaissance. La reconnaissance vient rapidement au centre des échanges, notamment lors des formations sur la gestion de conflits et de management. Manque de reconnaissance et conflits sont très liés, mais les collaborateurs n’en ont pas forcément conscience, ils ne savent pas forcément mettre le doigt sur leur malaise. Même chose pour les managers : il est bien difficile pour eux de reconnaître le symptôme et de dire les mots « reconnaissance au travail ».

Dans la même veine,  nous avons un jour conduit un débat d’une heure chez un client sur le thème « Dire bonjour ». Nous pensions que c’était de l’acquis. Loin de là : dans cet entreprise, une charte avait dû être mise en place pour que les collaborateurs se disent bonjour ! Lors des formations, nous réapprenons aux managers, mais pas seulement, à dire bonjour, merci, à se montrer poli et respectueux. Tout cela semble tellement évident quand on l’écrit et pourtant tellement fragile dans notre réalité quotidienne.

Nous vous invitons à aller plus loin en parcourant l’ouvrage de Christophe Laval http://www.amazon.fr/Plaidoyer-pour-Reconnaissance-au-Travail/dp/2954013206

Instructif et passionnant !

Le manager est responsable du bien-être de ses collaborateurs

Le manager est responsable du bien-être de son équipe

Auteur : Stéphane Echavidre Site/blog : JDN | Octobre 2013 Article : Le manager est responsable du bien-être au travail de ses collaborateurs

Idées fortes :

  • Le bien-être au travail n’est pas une vue de l’esprit. Le stress au quotidien nuit à la santé. A contrario, se sentir bien au travail améliore la motivation et la performance.
  • Les deux principaux facteurs de stress au travail sont le manque de contrôle et l’absence de prévisibilité, deux facteurs sur lesquels le manager à un rôle déterminant.
  • Pour jouer pleinement leur rôle, les managers doivent RESPONSABILISER les individus et les équipes et SOUTENIR leurs collaborateurs plutôt que de créer de la compétition au sein de l’équipe.

Comment bien préparer une réunion ?

Bien préparer une réunion

Auteur : Brad Egeland
Site/blog : Le blog du management de projet | Octobre 2013
Article : Devenez un meilleur manager de réunion, traduit de l’article The good meeting manager

Idées fortes :

Les réunions sont très souvent perçues comme des pertes de temps qui nuisent à la productivité. Les collaborateurs font souvent semblant de suivre la réunion tandis qu’ils continuent à travailler sur d’autres tâches sur leur ordinateur portable ou leur smartphones.

Pour organiser une réunion efficace, il est nécessaire d’améliorer l’attention des participants en :

  1. Ecrivant un ordre du jour détaillé avec un temps consacré pour chaque tâche
  2. Programmer la réunion au bon moment. Eviter les fins d’après-midi et privilégier le milieu de matinée où la productivité est à son maximum.
  3. Faire un courrier d’invitation à la réunion, CONCIS.

Le management doit miser sur la confiance

http://www.journaldunet.com/management/expert/55535/comment-reconquerir-l-engagement-de-vos-collaborateurs.shtml

Auteur : Stéphane Echavidre, manager des métiers de la grande distribution
Site/blog : Le Journal du Net – Septembre 2013
Article : Comment reconquérir l’engagement de vos collaborateurs ?

Résumé en 4 points :

  1. La donne a changé : accélération du temps, raréfaction de l’encadrement. Résultat : les collaborateurs sont appelés à faire davantage preuve d’initiative.
  2. Problème : les méthodes de management encore appliquées dans les entreprises sont obsolètes. Il faudrait passer du management autoritaire au management participatif.
  3. Comment ? En utilisant les outils nés avec la nouvelle donne citée plus haut, c’est à dire les outils collaboratifs et les réseaux sociaux. Mais ce n’est pas suffisant il faut également une révolution culturelle dans l’entreprise pour que les managers parviennent à accorder davantage leur confiance.
  4. Danger : éviter de transformer l’entreprise en démocratie stérile… Nous sommes en pleine mutation.

6 réflexes pour accepter une critique constructive

http://http://leblogdumanagementdeprojet.com/2013/10/23/comment-recevoir-une-critique-constructive-comme-un-champion/

Auteur : Nicole Lindsay, experte en développement de carrière (USA)
Site/blog : traduction par « Le blog du management de projet »
Article : Comment recevoir une critique constructive comme un champion ?

Résumé en 3 points :

  1. Gardez le contrôle, résistez à l’agacement qui monte.
  2. Rappelez vous les avantages d’une critique constructive (améliorer vos compétences et actions).
  3. Communiquez ! Ecoutez, remerciez, etc.

Mon patron me demande « combien » je vais…

Vous_sentez-vous_seul_au_sein_de_votre_équipe_.jpg

Auteur : Rémi Tremblay, ex-PDG d’Adecco Canada
Site/blog : Le Manager Urbain
Article : Vous sentez-vous seul au sein de votre équipe ?

Résumé en 3 points :

  1. Derrière les cravates et les tailleurs, beaucoup de solitude et d’émotions cachées.
  2. Les managers s’intéressent davantage à « combien » on va qu’à comment on va.
  3. Pour avoir une équipe soudée, il faut s’enquérir du bien-être de chacun : aurez-vous le courage de faire le premier pas ?