La bienveillance : un bien joli mot affiché sur les murs des entreprises…

La bienveillance, vraie valeur ou vue de l’esprit ?

Un de nos consultants est intervenu récemment au sein d’une entreprise qui affiche fièrement la bienveillance comme l’une de ses valeurs fortes. Comme beaucoup d’autres entreprises en ce moment me direz-vous !

Je me suis interrogé sur la véracité de la “valeur bienveillance” suite à une question posée par un manager de ladite entreprise à notre consultant :

“Comment faire pour être bienveillant avec mon équipe quand moi-même je ne travaille pas dans un environnement bienveillant (quoi qu’en disent les valeurs d’entreprise) et que ma propre direction me met la pression au quotidien sur la performance et les résultats ?”

Bonne question !

Dans ces cas là, j’aime retourner à la source et consulter le Larousse : de quoi parle-t-on concrètement quand on parle de bienveillance ?

< BIENVEILLANCE n.f. : Disposition favorable envers quelqu’un ; indulgence. >

Source : Larousse

Regardons cela de plus près… Lire la suite

L’entretien professionnel : Dépêchez-vous !

gap

Un entretien professionnel obligatoire tous les deux ans, distinct de l’entretien annuel d’évaluation, fait son entrée dans le Code du travail.

Pilier de la gestion des ressources humaines, il doit permettre à vos salariés d’être acteur de leur évolution professionnelle.
Il vise également à encadrer la nouvelle responsabilité sociale des entreprises en matière de formation de leurs salariés.
Les premiers entretiens devront tous avoir été réalisés avant mars 2016.

Mené avec les bonnes pratiques et attitudes, cet entretien est l’occasion d’un dialogue renforcé entre vos managers et leurs collaborateurs et un outil clé au service du développement des compétences et de la performance de votre entreprise.

Découvrez notre nouveau module intra & interentreprises « Entretiens professionnels »

Coaching linguistique

La déferlante de l’écrit laisse les cadres à découvert

coaching linguistique

L’écrit devait disparaître, pronostiquait-on à la va-vite dans les années 80.
Surprise : avec le tsunami numérique et sa cohorte de mails, messageries instantanées, Word, et autres PPT, il est revenu en masse.
D’où les problèmes en cascade : rédigés toujours plus dans l’urgence sur des écrans souvent trop petits pour nos gros doigts gourds, sans le filet de sécurité d’assistantes définitivement remplacées par du high-tech.
Chaque clic nous expose à un lourd risque d’image.
Les cadres, en première ligne, se retrouvent à découvert sur le champ de bataille de l’écrit, sous le feu nourri du jugement – sévère mais souvent… injuste – de leurs clients et de leurs équipes.
Psychologiquement, système scolaire oblige, ils vivent leur faiblesse linguistique comme une honte à cacher. Objectivement, elle peut devenir un obstacle à leur management et à la relation avec leurs clients.
Sur un marché du travail tendu, l’orthographe est redevenue fortement segmentante.
Un contexte qui explique le grand retour de celle-ci dans les programmes de formation.

Découvrez notre nouveau module de coaching linguistique

Formations interentreprises

Combo & cetera diffuse ses compétences sur tout le territoire

logo.inter

Vous pouvez maintenant vous former à nos expertises de référence :

  • communication interpersonnelle,
  • prise de parole en public,
  • management,
  • négociation,
  • entretiens annuels,
  • formation de formateurs
  • et gestion de projet.

Nous vous accueillons sur tout le territoire : Bordeaux, Toulouse, Lyon, Rennes, Lille, sans oublier… Paris.
Retrouvez tous nos programmes et notre calendrier interentreprises 2015

Le changement, ça a bien changé ! (2)

Y-a-t-il encore du changement quand ça change tout le temps ?

hand-2

Je ne sais pas vous, mais moi, j’ai le sentiment que depuis un certain temps les gens sont presque embarrassés en parlant de « changement »… A force de travailler dessus avec mes clients et partenaires, je risquerai une hypothèse audacieuse : le changement, ça n’existe plus.
D’abord parce que l’organisation agile a intégré le changement au quotidien. Environnement instable, ruptures et remises en cause permanentes : le « changement », c’est devenu un état… permanent.

Alors peut-on encore dire que « ça change » ?

Moi, dans ce cas, je vous propose de parler plutôt « d’évolution permanente », ou plus simplement de « pilotage agile en continu » des entreprises. Si on veut s’amuser, on peut même risquer l’oxymore « changement continu ».

Bon, et maintenant me direz-vous, si on revient au concret : que faut-il faire ?

C’est simple : puisque la seule chose prévisible, c’est qu’il y aura de l‘imprévisible, que ce qui ne changera plus, c’est qu’il y aura du changement, qu’on ne sait pas encore ce qui va se passer, mais qu’on sait que ça va se passer, tout se joue désormais avant.
Il nous faut donc en amont avoir des équipes à l’écoute permanente des signaux faibles annonciateurs des petits coups de vents et grandes tempêtes, des équipes déjà en ordre de marche pour réagir avec une grande vitesse d’exécution.
Bref : apprendre ensemble à « avaler » les vagues avant qu’elles n’enflent pour former devant nous un mur infranchissable.

Ce que j’en retiens, c’est que désormais, ce n’est plus la « résistance » qui doit retenir notre attention ; c’est la détection des pulsations du marché, l’écoute permanente de l’interne, et la maîtrise de l’exécution.
Que ce n’est plus la peine de s’attarder sur le fait que « ça change » ; mais que dans notre société ubérisée, les vagues enflent vite et brutalement.
Que pour relever ces défis, nous avons besoin pour une part de dispositifs techniques, certes, mais aussi toujours, encore et sans doute plus que jamais, de collaborateurs d’une grande agilité relationnelle, efficaces parce qu’ils savent à la fois écouter avec finesse et respect, et prendre position avec courage et fermeté.
Ce qui nous ramène, une fois de plus, à des fondamentaux qui eux, ne changent pas.

Fin.

Management : quand le Jazz est là.

Embed from Getty ImagesLe management, c’est comme le jazz. C’est Emmanuel Hervé de chez Orange qui fait ce parallèle dans un très joli billet sur le blog d’Orange Business. Chez Combo, l’équipe est complètement dans le tempo de cette proposition, il faut dire que le jazz est dans notre ADN et notre slogan le prouve : « Dans nos métiers comme dans le jazz, un Combo est une petite formation où l’on prend plaisir à travailler ensemble ».

Donc, la comparaison entre jazz et management nous convient très bien :

  • Les musiciens sont comme les membres d’une équipe qui gère un projet (le morceau de jazz).
  • Dans le morceau de jazz (le projet), le socle est posé, mais tout n’est pas écrit, le morceau laisse une place très importante à l’improvisation.
  • Le public (le client) réagit bien ou mal, mais instantanément.

En jazz, chaque musicien va, tour à tour, soit accompagner, soit exécuter des improvisations. Et il faut du courage pour s’exposer ainsi.

La comparaison devient particulièrement pertinente lorsqu’on prête une oreille attentive aux compétences et au comportements nécessaires à la réussite du projet (morceau de jazz).

  • Il faut avant tout maîtriser ses instruments (technique).
  • Il faut ensuite montrer du courage pour se lancer dans un solo improvisé.
  • Il faut aussi de l’abnégation pour les musiciens (collaborateurs) qui vont accompagner en restant dans l’ombre, celui qui exécute son solo.

Enfin, là où nous sommes en totale harmonie avec Emmanuel Herve (on devrait se faire un boeuf…) c’est quand il évoque la communication non verbale.

  • Les musiciens jouent, ils ne peuvent pas se parler. « Un regard, un geste, une phrase musicale » suffit pour que l’équipe fonctionne.
  • Le SECRET, nous dit Emmanuel Herve, c’est l’attitude, le fait de rester en éveil aux autres, de leur porter de l’attention.

Communiquer sans parler, communiquer sans violence, c’est aussi le propos de ce très beau document qui met lui aussi en parallèle le management et la musique, dans un registre un peu différent puisqu’il s’agit de musique classique, mais où l’on retrouve l’esprit de cette communication douce et puissante qui fait la réussite des projets.

Regardez jusqu’à la fin, la démonstration est brillante. (Vous pouvez sélectionner des sous-titres en français dans la vidéo).

Le manager est responsable du bien-être de ses collaborateurs

Le manager est responsable du bien-être de son équipe

Auteur : Stéphane Echavidre Site/blog : JDN | Octobre 2013 Article : Le manager est responsable du bien-être au travail de ses collaborateurs

Idées fortes :

  • Le bien-être au travail n’est pas une vue de l’esprit. Le stress au quotidien nuit à la santé. A contrario, se sentir bien au travail améliore la motivation et la performance.
  • Les deux principaux facteurs de stress au travail sont le manque de contrôle et l’absence de prévisibilité, deux facteurs sur lesquels le manager à un rôle déterminant.
  • Pour jouer pleinement leur rôle, les managers doivent RESPONSABILISER les individus et les équipes et SOUTENIR leurs collaborateurs plutôt que de créer de la compétition au sein de l’équipe.

Comment bien préparer une réunion ?

Bien préparer une réunion

Auteur : Brad Egeland
Site/blog : Le blog du management de projet | Octobre 2013
Article : Devenez un meilleur manager de réunion, traduit de l’article The good meeting manager

Idées fortes :

Les réunions sont très souvent perçues comme des pertes de temps qui nuisent à la productivité. Les collaborateurs font souvent semblant de suivre la réunion tandis qu’ils continuent à travailler sur d’autres tâches sur leur ordinateur portable ou leur smartphones.

Pour organiser une réunion efficace, il est nécessaire d’améliorer l’attention des participants en :

  1. Ecrivant un ordre du jour détaillé avec un temps consacré pour chaque tâche
  2. Programmer la réunion au bon moment. Eviter les fins d’après-midi et privilégier le milieu de matinée où la productivité est à son maximum.
  3. Faire un courrier d’invitation à la réunion, CONCIS.

Le management doit miser sur la confiance

http://www.journaldunet.com/management/expert/55535/comment-reconquerir-l-engagement-de-vos-collaborateurs.shtml

Auteur : Stéphane Echavidre, manager des métiers de la grande distribution
Site/blog : Le Journal du Net – Septembre 2013
Article : Comment reconquérir l’engagement de vos collaborateurs ?

Résumé en 4 points :

  1. La donne a changé : accélération du temps, raréfaction de l’encadrement. Résultat : les collaborateurs sont appelés à faire davantage preuve d’initiative.
  2. Problème : les méthodes de management encore appliquées dans les entreprises sont obsolètes. Il faudrait passer du management autoritaire au management participatif.
  3. Comment ? En utilisant les outils nés avec la nouvelle donne citée plus haut, c’est à dire les outils collaboratifs et les réseaux sociaux. Mais ce n’est pas suffisant il faut également une révolution culturelle dans l’entreprise pour que les managers parviennent à accorder davantage leur confiance.
  4. Danger : éviter de transformer l’entreprise en démocratie stérile… Nous sommes en pleine mutation.

Mon patron me demande « combien » je vais…

Vous_sentez-vous_seul_au_sein_de_votre_équipe_.jpg

Auteur : Rémi Tremblay, ex-PDG d’Adecco Canada
Site/blog : Le Manager Urbain
Article : Vous sentez-vous seul au sein de votre équipe ?

Résumé en 3 points :

  1. Derrière les cravates et les tailleurs, beaucoup de solitude et d’émotions cachées.
  2. Les managers s’intéressent davantage à « combien » on va qu’à comment on va.
  3. Pour avoir une équipe soudée, il faut s’enquérir du bien-être de chacun : aurez-vous le courage de faire le premier pas ?